Femmes de la Plaine

Les religieuses à grosses joues rouges, à gros mollets, à gros derrière le dimanche descendent chez l’oncle vigneron manger de la tarte aux prunes.
Il fait bleu depuis le sommet des monts jusqu’au bas des coteaux.
Mais tout cela c’est la montagne dont parfois nous autres gens de la plaine nous voyons au loin une fenêtre heureuse briller dans un instand de soleil.
La plaine, c’est autre chose.
Entre les joncs, parmi les roseaux glissent à long fil d’argent et noires glissent les eaux dormantes, les eaux profondes où parfois une servante se noie pour n’avoir pas épousé le fils du meunier, du maire ou du maréchal.
Glissent les eaux dormantes sous la chaleur de juillet équatorial et la cigogne sur ses ailes étales c’est en vain qu’elle survole une demi-lieue de champs, tout est sec.
Les genouilles d’herbe se sont blotties sous les feuilles.Mais les eaux glissent profondes pourtant habitées de carpes, de brochets, de fantômes, de songes.
Toi qui debout sur la berge regardes et sans armes vois passer sans bruit, vois planer la buse, et le lapereau, toi qui regardes l’eau noire, qu’espère-tu donc ?

Jean-Paul de DADELSEN
In Jonas

Le Batelier et la rivière

Batelier libre, toujours , tu cheriras ta rivière !
La rivière est ton miroir; tu comtemples ton âme
Dans le mouvement perpétuel de sa trame,
Et ton esprit est bercé par ce plaisir éphémère.

Tu te plais à plonger au sein de ton image;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette harmonie douce et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Batelier, nul n’a sondé le fond de tes abîmes
O rivière, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Voila que depuis des saisons innombrables,
Tu la vénères sans mesure, et sans cesse
Sur ta barque avec la gaffe tu la caresses,
O complices éternels, ô amants inséparables !

Adaptation par DS du poème de Charles Beaudelaire
L’homme et la mer « Les fleurs du Mal »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.